Voici la documentation des œuvres présentées lors de la nouvelle exposition « This is my life » . 3 projets y sont présentés; la série de 29 portraits photographiques et textes « Perfect Life », qui avait été présentée à NY pour Amnesty International et Human Rights (exposition et gala de soutien). La série photographique grand format du projet Londonien « Intern Factor » qui avait été presentée chez Yvon Lambert à Paris, et enfin la petite dernière sortie des carnets, la photo « Bird », un petit clin d’œil aux Oiseaux de H, photographiée en septembre dernier près de San Francisco, ainsi que l’installation qui va avec.

 

PLUS: 3 nouveaux carnets autour de l'exposition, voir page "les carnets"

 

Le nouveau OffShore est sorti avec en couverture un des portraits de l’exposition en cours.

 

EXPOSITION : THIS IS MY LIFE

Bird (L'oiseau)/ 2012 Photographie

Bird 2012

Dassin/ extrait de carnet préparatoire

scupture instalation: Sans titre (Présent)

terre, ficelle, elements trouvés, squelette d'oiseau.

Intern Factor 1999 Photographies/ 3X2/ 120X100

Perfect Life 2000

CARNET EXPOSITION
CARNET perfect life.pdf
Document Adobe Acrobat [2.9 MB]



 

Perfect Life:Série de 30 portraits photographiques avec texte inclus

  

Coming for all over the world and crossing California they are all searching for something between artifice and reality. All this young people, have experimented a personal point of rupture, pushing them to break a link with a place, a country, a family and they become a short or a long time travelers.

 

For the ones, i get interested in, who will not come back home; they didn’t trust their own past as a provider of identity but go on searching a new image of what they would like to be.

 

So my question just before the border with Mexico: « what is your perfect life? »

 

« Il y’a chaque année plusieurs centaines de disparitions de jeunes gens, après la sortie du film « la plage », il y’a eu une augmentation de 71% des disparitions de personnes entre 18 et 35 ans. Pour qu’une personne soit considérée comme disparue, sa famille et amis doivent être resté sans nouvelles un an et un jour. Quand j’ai questionné ceux qui passaient la frontière, leurs paroles étaient similaires, une sensation d’irréalité, les a fait douter des liens qu’ils avaient avec leurs familles, ainsi que leurs études, leurs amis, et ils sont partis, chercher cette image… »

Tous ces jeunes gens ont expérimenté un point de rupture dans leur vie, qui les a poussés à casser le lien avec un lieux, un pays une famille et ils sont devenu des voyageurs pour un temps ou pour toujours. Je me suis intéressé en ceux qui ne voulaient pas rentrer chez eux, ils ne faisaient plus confiance en leur passé comme origine de leur identité, et sont en quête d’une nouvelle image, de ce qu’ils aimeraient être. Venant d’un peu partout dans le monde, et traversant la  Californie, en quête d’image, ils cherchent tous quelque chose entre l’artifice et la réalité »

Ma question à la frontière mexicaine, était :

« What’s perfect life for you ? »

(Extrait de carnet San Diego- Tijuana)

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© fiorenza.menini